Virtually real- Virtuellement vraie

Micheline Harvey: Virtual Assistant, real person/Adjointe Virtuelle, mais tout à fait vraie

On call? Let’s talk retainer/Disponible tout le temps? Il faut discuter d’une avance October 25, 2009

TelephoneRedWhen I started out as a Virtual Assistant, I almost never refused a project or a job. It was mainly because I wanted to work, loved the career that I had chosen and needed to build my client base but I must admit, it was also because I was afraid to run out of money.

This was a double-edged sword: All the clients appreciated the fact that I was practically available at all times for them. Many of them praised me for it and thanked me profusely. Most of them remained respectful and always asked about my schedule and workload. Some of them simply came to expect me to be on call at all times for them, no matter what.

As a client, if you would like your VA to be on-call for you at all times, then you have to be prepared to discuss a retainer or some sort of advance such as a bank of hours (or a bank of words in the case of a translator) so that she has some incentive and you can count on a certain number of hours to get your important work done.

Think about it, if your VA is fantastic and you love her being there for you, show her some appreciation and pay it forward…so to speak!

***

Lorsque j’ai débuté en tant qu’adjointe virtuelle, je ne refusais presque jamais de projets ou de travail. C’était surtout parce que je voulais avoir du travail, j’aimais cette carrière que j’avais choisie et je voulais me bâtir une clientèle solide. Je dois admettre, par contre, que c’était aussi un peu parce que j’avais peur de manquer de fonds.

Ceci est un couteau à deux tranchants: Tous mes clients appréciaient ma grande disponibilité et mon dévouement. Plusieurs me remerciaient à profusion, la plupart étaient quand même respectueux et tenaient compte de mon horaire et de ma charge de travail. Certains s’attendaient à ce que je sois disponible ou sur appel pour eux tout le temps, peu importe la situation.

En tant que client, si vous désirez que votre AV soit disponible pour vous en tout temps (ou presque) alors vous devez considérer une forme d’avance de paiement ou une banque d’heures (ou de mots dans le cas d’une traductrice) afin de lui donner un incitatif et pour que vous puissiez compter sur un nombre d’heures afin de vous assurer que vos projets importants soient complétés.

Pensez-y, si votre AV est fantastique et que vous aimez qu’elle soit disponible pour vous, montrez-lui votre appréciation et donnez au suivant…en quelque sorte!

Advertisements
 

Milestones in Virtual Assistance/Les jalons d’une adjointe virtuelle October 2, 2009

PinUpSecretaryWhen I decided to become a Virtual Assistant, I simply tried to get as much work as possible, relied on word of mouth, positive feedback and referrals and did my best to network and make a living. I was lucky enough to be hired as the only translator for a genetics project. I could do this work mainly from my home office. The salary helped me start up and work on my VA business when I was not translating for the project, while giving me excellent experience in a highly specialized area of translation.

For my first year, I did not set any goals as far as earnings were concerned. I just wanted to keep working and create a solid basis for my service.

When the second year was about to begin, I decided to do things differently. My contract with the genetics projects ended. Now, some may argue that this would have been a good time to avoid putting pressure on myself as far as money was concerned, but I reacted differently. I decided to set an annual goal for my freelance business and do my best to reach it.

Today, I am happy and proud to announce that on October 1st, 2009 I reached and surpassed my goal therefore proving to myself that I made the right choice, I am a good entrepreneur and I can do just about anything if I set my mind to it and work hard.

Congratulations to me, the Virtual Secretary.

***

Lorsque j’ai décidé de devenir adjointe virtuelle, j’essayais tout simplement de trouver le plus de travail possible, je me fiais au bouche-à-oreille, au feedback positif et aux références de mes clients. Je faisais des efforts de réseautage afin de pouvoir gagner ma vie. J’ai été assez chanceuse d’être engagée en tant que traductrice pour un grand projet de génétique. Je pouvais effectuer ce travail de mon bureau chez moi. Le salaire m’a aidé à lancer mon entreprise, travailler sur mes services d’AV hors des heures consacrées au projet, tout en me procurant une expérience inédite dans un domaine très spécialisé de la traduction.

Au cours de ma première année en affaires, je n’ai pas vraiment fixé de buts point de vue gains. Je voulais simplement continuer à travailler en créant une base solide pour mon entreprise.

Lorsque la deuxième année s’est pointée le nez, j’ai décidé de procéder autrement. Mon contrat avec le projet de génétique a pris fin. Certains me diront que c’était le moment rêvé de me mettre le moins de pression possible sur les épaules. Moi, j’ai réagi tout autrement. J’ai décidé de me fixer un but annuel en gains de pige pour mon entreprise et de travailler fort pour l’atteindre.

Aujourd’hui, je suis heureuse et fière de vous annoncer qu’en date du 1er octobre 2009 j’ai atteint et dépassé mon but, prouvant que j’ai fait le bon choix, que je suis une excellente femme d’affaires et que je peux accomplir à peu près n’importe quoi si j’y crois vraiment et si j’y mets tous mes efforts.

Je félicite la secrétaire virtuelle que je suis.