Virtually real- Virtuellement vraie

Micheline Harvey: Virtual Assistant, real person/Adjointe Virtuelle, mais tout à fait vraie

Debt-free or taking care of me/Libre de dettes ou comment prendre soin de moi d’abord December 31, 2009

It took courage. It was hard to hit the CONTINUE PAYMENT button. But I did it. I ended 2009 by paying the last annoying debt that I had been carrying around for awhile. Yes, it took a significant chunk out of my savings account/security money, but it was worth it in freedom, relief and the sense of accomplishment. That one last pesky debt was always on my mind and eliminating it is a major victory for me.

I credit my freelance business and its success for making this possible but also a change in my attitude and the understanding that I have to take care of myself if I want to be able to take care of others and be a happy, well-adjusted and productive individual.

So, go me! As 2010 begins, I am debt-free and looking forward to a fantastic year!

***

Ça m’a pris du courage. J’ai eu de la difficulté à cliquer sur le bouton COMPLÉTER LE PAIEMENT. Mais je l’ai fait. J’ai terminé l’année 2009 en remboursant la dernière dette agaçante que je traînais depuis un bout de temps. Bien sûr, cela a fait un trou considérable dans mon épargne et mon coussin de sécurité, mais ça en valait largement la peine en termes de liberté, soulagement et pour le sens d’accomplissement que ça m’a procuré. Cette dernière dette était toujours dans mes pensées, quelque part et le fait de pouvoir enfin l’éliminer est une victoire majeure pour moi.

C’est grâce à mon travail de pige et son succès que j’ai pu faire ceci mais aussi en raison d’un changement dans mon comportement et ma manière de voir les choses. J’ai enfin compris que je dois m’occuper de moi d’abord si je veux être en mesure de bien m’occuper des autres et d’être une personne heureuse, productive et épanouie.

Alors, bravo à moi! Alors que 2010 se pointe le nez, je suis libre de dettes et j’ai hâte de vivre une fabuleuse année!

Advertisements
 

Handle with care (Jodi Picoult) December 28, 2009

When you are expecting a baby, all you really want is for it to be healthy.  Charlotte and Sean O’Keefe would have asked for just that had they been given the chance. Instead, their lives are made up of endless worrying, sleepless nights, medical bills and the pitying stares of other parents. They are also plagued with the “what ifs”. Willow, despite her condition, is a delightful child. She’s smart, pretty, loving, courageous and incredibly wise for a 5 year old. Willow is who she is, despite her osteogenesis imperfecta. Willow’s bones are so fragile that just holding her can break her ribs, a mere fall can cause an arm or leg fracture and a normal life is simply out of the question.

They learn to cope with Willow’s illness and to compensate. They learn to accept and deal. But when a series of events leads them to wonder what they might have decided if they had been given the chance to let Willow be born this way or not, the entire family bond is shaken and twisted, tested and challenged.

This is another wonderful, difficult and thought provoking book about the fragility of life and just how far we will go to protect it.

I rate this book 4 out of 5 stars.

***

Handle with care (Jodi Picoult)*

Lorsque vous attendez un enfant, ce que vous voulez par-dessus tout c’est qu’il soit en santé. C’est ce que Charlotte et Sean O’Keefe auraient décidé s’ils en avaient eu la chance. Au lieu de cela, leur vie est maintenant faite de craintes, soucis, nuits blanches, frais médicaux et de la pitié des autres parents. Ils sont aussi assaillis par les moments de “et si seulement…”. Malgré sa condition, Willow est une enfant charmante. Elle est intelligente, jolie, affectueuse, courageuse et très sage du haut de ses 5 ans. Willow est une petite fille à part entière, malgré son ostéogénèse imparfaite. Ses os sont si fragiles que le simple fait de la serrer dans nos bras peut lui fracturer les côtes. Une petite chute tout à fait banale peut lui causer une fracture du bras ou de la jambe, et tout espoir d’une vie normale est oublié.

Ils apprennent à vivre avec la maladie de Willow et à compenser. Ils apprennent à accepter et à y faire face. Mais, lorsqu’une série d’événements les amènent à se demander ce qu’ils auraient fait s’ils avaient eu la chance de décider si Willow verrait le jour ou non, la fondation même de cette famille est ébranlée, testée et mise au défi.

Il s’agit d’un autre roman à la fois merveilleux et difficile qui nous porte à réfléchir à propos de la fragilité de la vie et de ce qu’on est prêt à faire pour la protéger.

Je donne à ce roman 4 sur 5 étoiles.

*J’ignore si la version traduite de ce livre est disponible au moment où j’écris ces lignes.

 

Happy Virtual Holidays/Joyeuses Fêtes Virtuelles December 13, 2009

For a Virtual Assistant, the holiday season is often a time of emergencies and rush projects up until mid December, then a quieter time when clients are making the most of their holidays, celebrating with family and friends, traveling, or simply taking some time off. This is a great opportunity for VAs like me to work ON their business, go over the year that is ending, set goals, restructure, and prepare for the New Year ahead.

I believe that it is also a time to be thankful for the clients, mentors, colleagues and friends that make my job as a VA possible, thus helping me be exactly what I want to be.

Thank you for being there, for believing in me and for embracing the virtual work relationship that I offer. Thank you for your support, advice, encouragement and continued confidence. Thank you for giving me the opportunity to do the best job in the world for me!

I look forward to an even better, more exciting, more challenging year in 2010 and I sincerely hope all my people are along for the ride.

***

Pour une adjointe virtuelle, le temps des fêtes est souvent une période d’urgences et d’échéanciers serrés jusqu’à la mi décembre, suivie d’un moment plus tranquille pendant lequel les clients profitent de leurs vacances, célèbrent avec leurs parents et amis, voyagent ou prennent tout simplement un peu de repos et de détente. Voilà une merveilleuse occasion pour une AV comme moi de prendre du temps pour travailler SUR son entreprise, revoir l’année qui se termine et se fixer des objectifs, restructurer et se préparer pour la nouvelle année qui s’en vient.

Je crois aussi que c’est un temps propice pour être reconnaissante pour les clients, mentors, collègues et ami(e)s qui rendent mon travail d’AV possible, m’aidant à faire exactement ce que je veux faire dans la vie.

Merci d’être là, de croire en moi et d’envisager la relation de travail virtuelle que je vous propose. Merci pour votre support, vos conseils, votre encouragement et votre confiance. Merci de me permettre de faire le métier parfait pour moi!

J’envisage une année encore meilleure, plus excitante et avec davantage de défis pour 2010 et j’espère que vous serez tous à bord pour l’aventure.

 

Fax or dinosaur?/Le télécopieur, ce dinosaure? December 10, 2009

I have nothing against fax machines. They were probably once a cool invention. They served their purpose for awhile. But now, in a technological era where you can scan just about anything and transform it into a PDF file, a JPG file or simply insert it into an e-mail, why bother?

More and more smart businesses like mine are becoming “paperless” so to speak. Of course, we use some paper, but much less than before. Thus faxes become big, paper wasting dinosaurs of sorts.

In my defense, my fax is only one of the many things my multi-function office machine can do and even with a rather long list of clients practically none of them ever use this function.

The fax is going out of style. And truthfully, I am quite tired of having it go off at all hours, spewing more and more precious papers when this is simply not necessary.

Let’s make an environmental gesture, people, and lay off the fax!

***

Je n’ai rien contre les télécopieurs en soi. Ils furent probablement jadis une invention du tonnerre. Ils nous ont bien servi pendant un temps. Mais avec la technologie contemporaine qui nous permet de scanner à peu près n’importe quoi et le transformer en PDF, JPG ou l’insérer tout simplement dans un courriel, pourquoi perdre son temps?

De plus en plus d’entreprises comme la mienne deviennent “sans papier”. Nous utilisons une certaine quantité de papier, bien sûr, mais beaucoup moins qu’avant. Les télécopieurs deviennent donc principalement de gros dinosaures bouffeurs de papier.

Pour ma défense, je dois vous préciser que la fonction télécopieur n’est qu’une toute petite facette de mon centre multifonctions et, malgré une longue liste de clients, il n’y en a presque pas qui insistent pour utiliser cette ancienne manière de travailler.

Le fax est passé de mode, les amis. Et pour vous dire la vérité, je suis bien fatiguée de l’entendre se déclencher à toute heure, gaspillant tous ces précieux papiers quand ce n’est tout simplement pas nécessaire.

Posons un geste environnemental et laissons tomber le fax!